IG DHS

Interessengemeinschaft Detailhandel Schweiz

Les achats à l'étranger atteignent un volume de près de 9 milliards de francs

5. Avril 2013

Les consommatrices et consommateurs suisses dépensent 8,9 milliards de francs pour des achats à l’étranger – de préférence pour les denrées alimentaires, les soins corporels et les vêtements.

Les achats des Suissesses et des Suisses à l’étranger ont récemment fait l'objet de très vives discussions. Stimulés par la force du franc et les débats sur la Suisse, îlot de cherté, toujours plus de consommateurs suisses se sont déplacés à l'étranger pour faire leurs emplettes. Mais jusqu'à ce jour, des données fiables faisaient défaut au sujet des sommes qui y étaient effectivement dépensées. De nouvelles estimations ne cessaient de circuler.

La Communauté d'intérêt du commerce de détail suisse (CI CDS) et ses membres Migros, Coop, Manor, Denner, Valora et Charles Vögele voulaient établir des faits en ce domaine; ils ont donc mandaté à cet effet l'institut d'études de marché GfK pour qu'il réalise une enquête en ligne représentative.

Pour cette étude, la distinction a été faite entre les déplacements à l'étranger entrepris spécialement pour des achats et les dépenses faites spontanément pendant les vacances, les voyages d'affaires, etc.

Les résultats détaillés éveillent l'attention:

  • Pas moins de 4,5 milliards de francs ont été dépensés en se rendant spécialement à l'étranger pour y acquérir des articles des secteurs Food et Non Food. Si l'on y ajoute 600 millions qui ont été affectés aux achats en ligne à l'étranger, on obtient la somme globale de 5,1 milliards de francs pour les voyages spécialement dédiés au shopping à l'étranger limitrophe. Ceci représente environ 5% de l'ensemble du chiffre d'affaires du commerce de détail suisse.
  • 8,9 milliards de francs d'achats à l'étranger, tel est le total obtenu si l'on prend encore en considération les dépenses faites spontanément pendant les vacances et les voyages d'affaires, qui représentent un montant de 3,8 milliards de francs.
  • La part du lion dans ce budget consacré par les Suisses aux emplettes faites à l'étranger, à savoir 3 milliards de francs ou 36 pour cent, est investie pour les denrées alimentaires, les soins du corps; viennent ensuite les vêtements et chaussures (2,6 milliards), puis les articles destinés à l'aménagement du logement (660 millions).
  • Ce sont les Tessinoises et Tessinois qui ont le plus déserté la Suisse, îlot de cherté – 41 pour cent d'entre eux font des achats au cours d'un mois en Italie ou dans d'autres pays – 31 pour cent dans les autres régions frontalières. Et ceci non seulement en raison des prix inférieurs, mais aussi parce que les heures d'ouverture des magasins sont plus attrayantes et le choix des produits plus large à l'étranger.

Les définitions de termes suivantes ont été retenues pour l'étude:

Achats à l'étranger

  • Marchandises telles que les denrées alimentaires, vêtements, chaussures, articles de sport, soins du corps/ articles d'hygiène, électronique, livres, médicaments, produits pour le ménage, la maison et le jardin, aménagement du logement, etc.

Ne sont pas inclus:

  • les prestations de service de toute nature, l'achat d'une automobile, les achats des entreprises de la restauration et de l'artisanat.
  • Les dépenses pour aller au restaurant.

Distinctions parmi les achats à l'étranger:

  • Déplacements spécialement dédiés à des achats à l'étranger limitrophe
    Déplacements entrepris spécialement pour faire des achats à l'étranger (les achats en étant la première raison)
  • Vacances / en visite / en voyage d'affaires à l'étranger / excursion
    Vacances / en visite / en voyage d'affaires à l'étranger ou une excursion faite à l'étranger avec séjour impliquant des achats
  • Shopping en ligne à l'étranger
    Les produits sont commandés à l'étranger et la marchandise est livrée en Suisse depuis l'étranger. Si la marchandise vous a été envoyée depuis la Suisse, il ne s'agit pas d'un shopping en ligne à l'étranger.

La première étude globale concernant le tourisme d'achat montre que le phénomène a pris des dimensions importantes pour l'économie du pays et que le commerce de détail suisse est contraint de renforcer la qualité de ses produits et prestations, ainsi que de poursuivre une politique de prix attrayants. Parallèlement, il est également du devoir de la sphère politique de créer des conditions générales attrayantes.

 

Télécharger le communiqué de presse

Retour à l'aperçu